La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 Deux maîtres virtuoses, l’un du piano, l’autre de l’accordéon, les deux de l’improvisation…

 L’occasion est trop belle de vous faire découvrir autre chose : un jazz contemporain qui vous touche au plus profond, un jazz beau à couper le souffle.

 Comment décrire une musique sans donner à l’écouter ?

 Nous pourrions vous parler de l’immense culture musicale de Charles Loos et Thibault Dille, qu’elle soit populaire, jazz, rock, classique ou tango, mais vous pourriez penser que leur musique est trop intellectuelle;

 Ou parler de leurs capacités techniques qui semblent infinies, de leur manière d’utiliser à bon escient chaque inflexion, chaque possibilité de leur instrument, de doser parfaitement chaque note, chaque nuance, chaque harmonie, mais vous pourriez imaginer que leur musique est trop technique ou trop parfaite;

 Ou parler de la symbiose qui les unit et vous fait croire que piano et accordéon ne devraient jamais jouer seuls, mais vous pourriez croire que leur univers est trop privé.

 Ou alors, il faut simplement évoquer la beauté de leur musique. De fait, oui, elle est terriblement belle et c’est ce qui devrait vous convaincre de venir les écouter le 22 février prochain. Et d’emmener avec vous les gens que vous aimez.

 Rendez-vous au Jazz Café de Forville (Le Foyer aménagé pour l’occasion en bar à Jazz).

 

 

" Pour un titre nommé Chanson Triste, c'est vraiment une chanson triste. A son écoute, on voit les gouttes de pluie filer sur la fenêtre à travers le jour gris. L'accordéon de Thibault Dille remplit l'espace de lignes chantantes qui reflètent une étrange nostalgie. L'esprit se perd au fil du temps, au fil de l'eau, et chaque note qui s'enfuit est comme un pas vers l'oubli. Après une minute, le piano de Charles Loos fait son apparition, un peu timide d'abord, attentif à ne pas rompre le charme, mais progressivement, il s'affranchit et se mêle à la conversation avant de s'envoler lui aussi vers d'autres rives. Au fur et à mesure que la chanson coule, on est de plus en plus ébaubi devant la maîtrise de ces deux musiciens et leur exceptionnelle connivence. Loin du folklore et en pleine entente avec l'idée de création contemporaine, leur musique est un appel à s'évader sur une planète onirique submergée par une vague émotionnelle.

Ce qui vient ensuite est un festival de cet instrument à soufflet qui fait parler le vent. Comme les intitulés des morceaux le racontent, les deux hommes vont s'approprier le florilège de l'accordéon : du tango au musette en passant par des danses diverses, rien ne leur échappera au long des douze titres composant leur répertoire. Les notes enchevêtrées, et - cela mérite d'être souligné - magnifiquement enregistrées, étincellent de mille sensations, passant, comme dans la vraie vie, de moments de nostalgie (Noctis) à d'autres radieux (Belge Gigue, amusant calembour indiquant comme une signature qu'il s'agit d'une composition de Charles Loos), romantiques (White), voire même exaltés (What A Mellow Man).

Combiner les richesses polyphoniques de l'accordéon et du piano n'était pas, au départ, un objectif si facile à réaliser. Mais les deux chants qu'ils soient ardents ou paisibles ont su s'accorder avec fluidité et délicatesse, sans esbroufe mais avec une musicalité jamais prise en défaut. Toutes ces qualités autant humaines que musicales font de Noctis un disque aux intonations uniques, particulièrement agréable à écouter dans sa diversité, et capable par sa grande sensibilité de toucher en plein cœur."   www.dragonjazz.com

 

Le concert sera présenté par Patrick Bauwens, animateur des Carnets d'Émeraude sur Classic 21